dimanche 5 février 2017

Hubert LE BLON et Céline RONDELLE, un couple d'amoureux, pionniers des courses automobiles


     Hubert LE BLON est né à Paris (16e), le 4 août 1872, d'un ingénieur  civil, Charles Alexandre Emile LE BLON (°16.08.1824 Armentières -  + 20.12.1910 Boulogne-Billancourt) et de son épouse, Mathilde Louise Euphrasie GUILBERT (° vers 1830 Douai - + 24.03.1899 Boulogne-Billancourt).

     A 28 ans, quand il épouse au Havre, le 30.11.1900, Céline Marie Emilie RONDELLE, il indique comme profession, électricien.

     Son épouse, alors âgée de 25 ans, est la fille du jardinier du château de Valsery, Emile Pierre RONDELLE et de son épouse, Elmire Elisabeth GOBREAUX.

     Mécanicien de premier ordre, il initie son épouse à la conduite automobile et elle participe à plusieurs épreuves où elle ne fit pas que de la figuration.

     Toujours à ses côtés, elle le suivait dans les différentes compétitions auxquelles il s'inscrivait, arborant toujours une coiffure très reconnaissable.

     A Boulogne-Billancourt, le 21 juin 1904, elle donne naissance à leur fils unique, André Jean Hubert LE BLON. La déclaration de naissance est faite en mairie, par son père, le lendemain matin, en présence de Constance LE BLON, artiste peintre, tante de l'enfant, et de Léon LOGEAIS, le mécanicien habituel de LE BLON qui l'accompagnera aussi bien dans ses courses automobiles qu'aux meetings d'aviation (voir sur ce blog, notre article du 6.11.2010 le concernant).

     Quand LE BLON, passé de l'automobile aux aéronefs, trouva la mort à Saint-Sébastien (Espagne) le 2 avril 1910 dans le crash de son aéroplane, son épouse le regardait effectuer son exhibition et assista impuissante à sa chute mortelle.

     Mme LE BLON, née RONDELLE, s'éteindra à Boulogne-Billancourt, le 22 novembre 1949, âgée de 73 ans.




M. et Mme Hubert LE BLON, sur Gardner-Serpollet, le 20.12.1902 à la course de Gaillon
(extrait de la Collection BEAU)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire